Meteo
Météo Tours
Dernières mises à jour
Cyclotouraine N°386
Mots-clés

Archive pour la catégorie ‘Pratique’

Cet article s’adresse aux possesseurs d’un GPS Garmin, modèles Edge 800, 810 et Touring qui constatent parfois « un plantage » de leur appareil sans raison apparente. Une des causes possible est liée à une saturation du GPS, en raison d’une multitude de données à traiter.

Suite à un contact avec un technicien de la marque, les actions suivantes sont préconisées :

Pour tous les utilisateurs, il faut effacer régulièrement les activités et les parcours en mémoire après les avoir éventuellement transférés vers Garmin Connect (Nota : le transfert vers Garmin Connect ne purge pas les activités en mémoire)

Pour les randonneurs aux longs cours, dans le cas d’une utilisation intensive : Réinitialiser l’appareil environ tous les 2 mois même si cela implique une reconfiguration des écrans personnalisés (procédure relativement rapide). Cette procédure n’est pas à appliquer systématiquement pour tous les utilisateurs, la fréquence est à adapter en fonction de la récurrence des dysfonctionnements .

Pour éviter les plantages en cours d’utilisation, il faut également limiter la longueur des parcours openrunner que l’on transfère, en les fractionnant : une trace unique de 500 km est à proscrire car l’appareil doit la gérer en continu.

De même, l’enregistrement d’un très long parcours en une seule fois est une cause possible de plantage.

A minima, il existe un moyen d’enregistrer un long parcours en introduisant des « lap » (touche gauche de l’appareil) ou plus simplement en paramétrant des enregistrements automatiques de circuits (tous les 50 km par exemple).

Mode opératoire de la procédure de réinitialisation :

  1. Eteindre le GPS
  2. Se positionner dans un coin découvert, en dehors
  3. Maintenir un doigt sur le coin en haut à gauche de l’écran tactile
  4. Appuyer sur le bouton Power tout en maintenant le doigt sur l’écran tactile
  5. Sur l’écran doit s’afficher : « Effacer toutes les données utilisateur ?« 
  6. Sélectionner « Oui« 

Instructions pour faire un Master Reset du GPS Garmin Edge :

  1. Eteindre le GPS
  2. Maintenir enfoncé les 2 boutons en face avant (« Tour/Reset » et « Start/Stop »)
  3. Mettre en marche le GPS tout en continuant à maintenir enfoncé les 2 boutons
  4. Continuer à tenir enfoncé les 2 boutons lorsque l’écran « Garmin » apparait
  5. Relâcher les 2 boutons lorsque l’écran « Garmin » disparait

Le GPS est maintenant réinitialisé. Pour finir, laissez-le dans une zone découverte à l’extérieur pour lui permettre de refaire sa première acquisition des satellites.

Attention : Cette manipulation est une réinitialisation avec le risque de perdre toutes les données utilisateur ( Parcours, waypoints enregistrés, réglages, etc… ); penser à effectuer une sauvegarde sur ordinateur dans la mesure du possible.

Mise à jour du logiciel interne de l’appareil : http://www.garmin.com/fr/support/webupdater/

Article de la Nouvelle République du 20 mai 2017 rédigé par Nicolas Rimbaud :

Création de la Maison du vélo à Tours, Capvélo

Cyclotouristes et randonneurs ont rendez-vous à Capvélo

Situé à deux pas de la gare et de l’office de tourisme, le nouveau lieu d’accueil des cyclotouristes et des randonneurs ouvrira en juillet. Son nom ? Capvélo.

Embauchés par la Métropole, Alix Fournet et François Le Fur seront en charge de l’accueil et de l’animation.

La nouvelle maison du vélo s’appellera Capvélo (en référence aux capitaineries) et ouvrira courant juillet, une fois les travaux d’aménagement effectués, au 31, boulevard Heurteloup. Gérée par la Métropole, elle aura pour mission d’accueillir – et si possible de retenir ! – les nombreux cyclotouristes et randonneurs de passage en Val de Loire.

Pourquoi une maison du vélo ?

Terre de passage avec les itinéraires de la Loire à vélo, mais aussi du Cher et de l’Indre, ou des chemins de randonnée (Saint-Jacques de Compostelle, Saint-Martin), la Métropole reçoit chaque année des dizaines de milliers de cyclotouristes et de randonneurs. Autant de touristes à qui la collectivité veut proposer un nouveau lieu d’accueil avec l’espoir que ces derniers décideront de prolonger leur séjour. Les Tourangeaux pourront bien entendu également profiter du lieu.

Quels services ?

D’une surface de 125 m2, cette maison du vélo sera divisée en plusieurs pièces : un espace convivialité, un atelier pour de l’autoréparation, un espace accueil et documentation (avec des fiches randonnées remises à jour), une douche (3 €), une cafétéria (avec distributeur de boissons et de sandwichs), ainsi qu’un bureau. Les utilisateurs bénéficieront du Wi-Fi, d’une vingtaine de consignes, de quelques places de stationnement, d’une borne de recharge rapide (moins d’une heure) pour vélo électrique…

Animations et horaires

Trois animateurs s’occuperont de l’accueil dont deux ont déjà été recrutés, Alix Fournet, qui a travaillé à Détours de Loire et pour la Loire à vélo, et François Le Fur, ancien responsable du service urbanisme de la ville de Mettray. Le recrutement de la troisième personne est en cours.
Hormis une pause à Noël, Capvélo ouvrira toute l’année, de 10 h à 20 h en été (les horaires d’hiver restent à définir).

Budget et calendrier

L’aménagement coûtera 210.000 €, financé par la Région (60.000 €) et la Métropole (150.000 €), cette dernière prenant également en charge le salaire des trois permanents. Les travaux se dérouleront en juin pour une ouverture en juillet.

Rédaction : Nicolas Rimbaux ( La Nouvelle République.fr )

Le Journal L’Alsace a publié sur son site le 27 décembre 2016 un article rédigé par Prosper Ruetsch qui propose quelques astuces et techniques pour affronter le froid lors des sorties hivernales de cyclotourisme. En voici les principes de base et les bons conseils :

Les sorties hivernales ne sont pas contre-indiquées à vélo. Le courageux cyclotouriste doit toutefois s’accommoder des températures fraîches, glaciales parfois, en connaître les conséquences et rester raisonnable si les conditions sont extrêmes. En cas de verglas, par exemple.

Confronté à la froidure, l’organisme va mettre en route des procédés d’adaptation. Il va augmenter sa production de chaleur pour maintenir la température corporelle à 37°C. Il va aussi diminuer le calibre des vaisseaux sanguins superficiels, ce qui permettra la sauvegarde des organes vitaux et profonds (cerveau, cœur, poumons, reins, foie, etc) qui doivent absolument rester à une température proche de 37°C. Cela au détriment de la peau, dont la température peut descendre à 20°C.

L’embarras du choix

Pour affronter les rigueurs du climat, les fabricants rivalisent d’ingéniosité pour mettre au point de nouveaux vêtements ou accessoires. Au niveau du visage, il convient de se protéger les oreilles (risques d’otites), le nez, la bouche et les yeux. Une cagoule remplira en grande partie cette fonction en permettant d’aspirer de l’air quelque peu réchauffé. Pour limiter le larmoiement, les yeux seront protégés par des lunettes.

Les parties qui vont le plus souffrir seront les extrémités des membres. Si les pieds ou les mains ne sont pas assez protégés, au bout d’une heure on vivra un véritable calvaire. Pour protéger les pieds, optez pour une paire de chaussettes membranées (une couche souple et très fine est insérée entre deux tissus), complétée par des sur-chaussures.

Les mains surtout doivent conserver une certaine sensibilité pour garder la maîtrise des freins et du guidon. Pour cela, deux paires de gants superposées, la première en coton ou soie, recouverte d’une paire en Windstopper. Il faut toutefois veiller à ce que les mains ne soient pas comprimées par cet assemblage. Alimentés par des batteries ion-lithium rechargeables, les gants chauffants imperméables ont une autonomie de deux à six heures selon le niveau de chauffage sélectionné. Il existe aussi des « chaufferettes », à coller sur ses mains ou ses pieds et qui diffusent une douce chaleur.

Le concept « peaux d’oignons »

Pour le buste, adoptez le concept « peaux d’oignons » en superposant différentes couches d’habits, l’air emprisonné entre les couches constituant le meilleur isolant. La première couche, sur la peau, devra être hydrophobe et devra chasser l’humidité sans l’absorber. Un tissu dont les fibres transporteront l’humidité de la transpiration vers l’autre côté du vêtement. Une fibre naturelle, comme le coton, absorbe la transpiration sans l’évacuer, créant ainsi des frissons dès que le cycliste ralentit son effort. Les couches suivantes devront assurer l’effet de chaleur et, si possible, continuer le transfert de l’humidité vers l’extérieur. La couche la plus externe devra servir de coupe-vent et d’imperméable.

Quelques trucs

Avant le départ, quelques mouvements de stretching réchaufferont la musculature. Si besoin, enduisez vos extrémités avec une pommade chauffante. Si vous en avez la possibilité, roulez en groupe, vous trouverez le temps moins long. Inhalez l’air par le nez, il aura le temps de se réchauffer lors de son passage par les fosses nasales, ce qui ne sera pas le cas si vous inspirez par la bouche. Roulez plutôt l’après-midi, afin de gagner quelques degrés par rapport à la température matinale, et réduisez la sortie à deux ou trois heures.

Ne perdez pas de vue que pour maintenir le corps à 37°, l’organisme a besoin de calories supplémentaires et que le froid augmente le volume des urines. Avec la transpiration qui existe sous l’amoncellement de vêtements, il faut boire. Un bidon isotherme ou l’utilisation de gourdes corporelles, de type Camelback, retarderont le refroidissement de la boisson, dont la température idéale avoisinera les 15 à 20°.

Dès l’arrivée, mettez-vous au chaud et prenez une douche, ou mieux, un bain à 37°C, avant d’enfiler des vêtements chauds. Pour compenser les dépenses énergétiques, consommez des boissons chaudes et sucrées et une collation contenant des glucides. Et vous verrez qu’avec un peu de préparation, un peu d’équipement et un peu de bonne volonté, il est possible de rouler à vélo en hiver.

La fonctionnalité de transfert direct d’une trace openrunner sur un GPS Garmin n’est plus maintenue par le constructeur depuis plusieurs mois. L’évolution logicielle des navigateurs web ne permet pas de garantir la continuité de ce service (absence de prise en charge du plugin Garmin). Pour ceux pour qui cela fonctionne encore, ceci est dû à un ancien navigateur dont les mises à jour n’ont pas été effectuées.
Il existe un contournement qui consiste simplement à télécharger le fichier au format GPX (GPX-Track), puis à le copier directement dans un répertoire du GPS Garmin, ce dernier étant vu comme un disque externe. Par exemple, sur le GPS Edge 810, les fichiers de parcours sont à insérer dans le dossier « NewFiles » de l’appareil ( et non sur la SDcard ) .

A lire un article intéressant sur le concept des pneus tubeless pour vélo de route paru sur le site Nutri-cycles.com :

Pneus vélo tubeless : Les raisons pour acheter et adopter !

Qui sera le premier testeur ?

Nouveauté : Google Maps intègre maintenant la navigation à vélo en repérant les pistes et bandes cyclables, ainsi que les routes adaptées au vélo.

Un exemple sur un trajet Tours – Azay-Le-Rideau. Le site affiche un itinéraire pour le vélo qu’il est possible d’agrandir pour examiner le détail fin d’une partie du circuit :

Mais le plus intéressant est la possibilité d’imprimer l’itinéraire en version texte mais surtout en version Street View qui permet de visualiser le parcours image par image, à la condition bien sûr de l’existence de la cartographie mais celle-ci s’enrichit de jour en jour. Voici ce que cela donne :

Le service est en version bêta mais il est très prometteur. A tester……!

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.